Handi Surf : Eric Dargent en route pour les Mondiaux en Californie !

Eric Dargent vient d'être sélectionné en équipe de France de handi surf. Avec ses 6 coéquipiers, le Provençal défendra nos couleurs lors des premiers championnats du monde de surf adapté qui se dérouleront à La Jolla (Californie), du 24 au 27 septembre 2015.

Eric Dargent vient d’être sélectionné en équipe de France de handi surf. Avec ses 6 coéquipiers, le Provençal défendra nos couleurs lors des premiers championnats du monde de surf adapté qui se dérouleront à La Jolla (Californie), du 24 au 27 septembre 2015. En relevant ce nouveau défi, il espère donner envie à d’autres sportifs amputés de croire en leurs propres possibilités.

 

Qu'est-ce que ça fait d'intégrer l'équipe de France de handi surf et de participer aux premiers championnats du monde de la discipline ?

Je ressens bien sûr du plaisir et de la fierté. C'est magique ! Mais pour moi les enjeux de cette aventure sont multiples. Cela me donne l'opportunité de rencontrer des sportifs de tous les pays et d'échanger avec eux sur les prothèses, car mon but est toujours d'aider à faire progresser les produits prothétiques afin de les rendre accessibles au plus grand nombre. Ce nouveau challenge me permet aussi de tisser des liens encore plus forts avec PROTEOR, qui me soutient depuis le debut et avec qui je travaille à la conception et à l'amélioration de genoux prothétiques.

 


 

Aurais-tu imaginé participer à une telle compétition après ton accident, en 2011 ?
Il y a 4 ans, les médecins disaient que je ne surferais plus jamais. J'étais loin de penser que je participerais un jour à un championnat du monde. Les choses évoluent dans le bon sens, mais je sais aussi que cette compétition n'existerait certainement pas sans la volonté de l'Association internationale de surf de faire intégrer ce sport aux Jeux Olympiques de 2020. Pour cela, elle a besoin de présenter cette discipline en « handi ». A mon avis, le handicap serait mis à l'écart sans cette directive.

 

Quels sont tes objectifs dans ce championnat ?
Surfer le mieux possible et repousser mes limites. Je vais concourir dans la catégorie « Surf debout », ce qui veut dire que je vais me mesurer à des surfeurs amputés de la main ou au niveau tibial. En tant qu'amputé transfémoral, je ne suis pas avantagé donc mon objectif sera de progresser dans mon surf et de les dépasser.

Aujourd'hui, mes mouvements sont plus précis, mieux maîtrisés. J'ai plus de facilité à réaliser des figures et à produire un surf « technique ». Je veux montrer tout ce qu'il est possible de faire avec une prothèse. J'espère que cela sera vu et apprécié pour que cette exposition du handi surf s'inscrive dans le temps et donne envie à d'autres de se lancer.

 

Comment se passe ton entraînement ?
J'ai passé 4 semaines à Biarritz en juillet pour surfer un maximum. J'en ai profité pour multiplier les rencontres avec les autres membres de l'équipe de France et m'entraîner sous la direction de Serge Lougarot (Cadre Technique National), qui m'aide beaucoup à corriger mes mouvements notamment grâce à la vidéo.

Je fais aussi du VTT et du skateboard au minimum 3 heures par jour... en essayant surtout de ne pas me blesser. Je n'ai pas particulièrement accentué ma pratique du surf en préparation des Championnats du monde. J'essaie d'abord de me focaliser sur la réalisation de figures.

De plus, je suis actuellement une formation en vue d'obtenir le Brevet d'Initiateur Fédéral de surf. Cela me permet de détecter les « défauts » des autres et le fait de décortiquer chaque position, chaque mouvement, chaque paramètre, m'aide beaucoup dans ma pratique.

 

 

Comme toujours, Eric Dargent donnera le meilleur de lui-même sur les plages californiennes. Bonne chance à lui et à toute l'équipe de France pour la réussite de ce rêve américain !

Si vous souhaitez les aider à financer leur participation, vous pouvez participer jusqu'au 3 septembre à une campagne de crowdfunding.

 


Groupe PROTEOR Informations Légales Liens Plan Formation Archives © 2015 PROTEOR - Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite